Vous êtes couverts pour les catastrophes naturelles ? Vous avez été victime d’inondation, de sècheresse ou de sinistres du même genre ? Vos assureurs doivent vous payer une indemnisation. Mais le calcul de cette dernière peut parfois être faussé. En effet, les experts en sinistres des assurances prennent plus en considération les avantages de leurs clients que les vôtres. Que faire dans ce cas ?

Qu’est-ce qu’une catastrophe naturelle ?

Une catastrophe naturelle est imprévisible et incontournable. Ce sont les forces de la nature qui se déchaînent. En France, tous les ans, on en rencontre plusieurs : la sècheresse et la canicule, les grêles, les coulées de boues, etc. Et certaines régions sont plus victimes que d’autres. Elles sont d’ailleurs désignées par arrêté interministériel. Dans ces dernières, les locaux peuvent prétendre à une franchise catastrophe naturelle pour tous les travaux de réparations sur leur bien après coup.

Pour profiter de cette franchise, il ne suffit pas de compter sur l’état de catastrophe naturelle déclaré officiellement. Il faudra aussi faire une déclaration de sinistre auprès des assureurs. Ils feront ensuite une estimation de votre bien et des travaux en fonction des valeurs à neuf ou des factures d’achat. Si le remboursement proposé ne vous semble pas juste, une contre-expertise peut être demandée.  

Demander une contre-expertise catastrophe naturelle

Le montant de la franchise vous semble déraisonnable ? À savoir que celui-ci est obtenu après un premier estimatif de la part des experts des assurances.  Vous avez dix jours en moyenne pour demander une contre-expertise. Ce qui ouvrira les portes à une nouvelle estimation de la franchise catastrophe naturelle que vous allez devoir payer.

Il s’agira de faire appel à un autre expert d’assuré indépendant qui fera un nouveau diagnostic de votre bien. Ce sera en votre présence et celle de l’expert d’assurance afin de garantir une totale transparence. Les frais de cette nouvelle expertise seront à votre charge.

Indépendant et objectif, l’expert en constatation estimera le montant de la franchise en fonction des dégâts réels que vous avez subis, mais également de votre respect du plan de prévention noté dans votre contrat d’assurance. Par exemple, on ne peut classer la chute d’un arbre sur votre maison comme un dégât à couvrir quand vous n’avez pas respecté les règles d’élagages imposés par votre assureur.

Que couvre normalement une assurance catastrophe naturelle ?

Vous êtes couvert si vous faites partie des victimes de catastrophes naturelles. Mais dans quels cas la franchise catastrophe naturelle s’applique-t-elle réellement en cas de réparation des dégâts ?

Ce genre de couverture couvre deux types de dégâts :

  • Les dégâts indirects comme les pertes d’exploitation, la perte de la maison et donc, le relogement après coup, la baisse de valeur du bien
  • Les dégâts sur les matériels directs : ce peut être des dégâts corporels ou sur les propriétés et sur les matériels.

Évidemment, les assurances-dommages des entreprises d’assurance ne sont activées que pour une catastrophe naturelle reconnue. La liste devrait être visible dans votre contrat. Ce peut être les intempéries, la grêle, l’inondation, la sécheresse, le dégât des eaux, la coulée de boue, etc. Certains assureurs proposent également une garantie incendie si elle est postérieure à une sécheresse, par exemple.